Qu’est-ce que le FFDH " Martine ANSTETT " ?

PRÉAMBULE

Créée en 2005, le  Fonds francophone pour les droits de l’Homme « Martine ANSTETT » (FFDH) repose sur la Déclaration de Bamako (novembre 2000), texte de référence en matière de démocratie, de droits et de libertés de l’Organisation internationale de Francophonie (OIF).

À travers le FFDH, l’attachement particulier de l’OIF à la promotion des droits de l’Homme, de la démocratie et de la paix trouve une expression singulière, puisque le Fonds vise à soutenir des projets émanant directement des organisations de la société civile (OSC) des États membres de l’OIF de plein droit. Depuis la création de ce Fonds, plus de 80 OSC, œuvrant pour la protection des droits de l’Homme, ont fait l’objet d’un soutien financier et d’un accompagnement particulier par l’OIF.

Chaque édition du FFDH est consacrée à des thématiques variées en  lien avec les priorités de l’Organisation, les enjeux d’’actualité  ou la commémoration d’anniversaires importants. Par exemple, en 2012, le 10e anniversaire du Protocole facultatif à la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (OPCAT) avait inspiré l’appel à projet du FFDH. En 2016, à l’occasion du 6e Congrès mondial contre la peine de mort à Oslo, le FFDH a été consacré à la lutte pour l’abolition de la peine de mort.

À titre de rappel, le FFDH portait jusqu’au 2015 le nom  « Fonds francophone d'initiatives pour la démocratie, les droits de l'Homme et la paix (FFIDDHOP) ».

 

PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU FFDH

Le FFDH apporte plus spécifiquement son appui aux initiatives et projets de terrain développés pour la promotion  et la protection des droits de l’Homme, de la démocratie et de la paix. Il vise en particulier à identifier et à favoriser les efforts déployés en vue de la diffusion, de la vulgarisation et de l’enseignement, par des moyens diversifiés et adaptés aux réalités socioculturelles, des droits de l’Homme, de la démocratie et de la paix dans les différentes couches de la population, afin de contribuer à l’adoption d’attitudes et de comportements aptes à développer durablement les valeurs de tolérance et de démocratie dans l’espace francophone.

Dans ce cadre, le FFDH « contribue à l’ancrage d’une culture démocratique intériorisée et au plein respect des droits de l’Homme ». Il est principalement destiné à :

  • identifier l’offre d’éducation et de formation la plus pertinente en matière de droits de l’Homme, de démocratie et de paix, émanant des structures francophones ;
  • promouvoir résolument des modes de sensibilisation et de mobilisation diversifiés en faveur des droits de l’Homme et de la démocratie, en particulier avec le concours des médias francophones, en ayant recours aux technologies de l’information ;
  • élaborer et rationaliser, sur cette base, l’offre de la Francophonie dans le domaine de l’éducation et de la formation des droits de l’Homme, de la démocratie, de la citoyenneté et de la paix ;
  • s’associer activement aux efforts menés dans ce domaine par les autres partenaires internationaux, notamment dans le cadre de 17 objectifs de développement durable (ODD) adoptés en 2015 par les 193 pays membres de l’Organisation des Nations unies (ONU).

 

AXES PRIVILEGIÉS D’INTERVENTION DU FFDH

Dans le cadre de la mise en œuvre du FFDH, une attention particulière sera portée aux initiatives qui contribueront à l’appropriation et à la diffusion  des principes et des engagements auxquels les États et gouvernements membres de l’OIF ont souscrit dans la Déclaration de Bamako :

  • pour la consolidation de l’Etat de droit ;
  • pour la tenue d’élections libres, fiables et transparentes ;
  • pour une vie politique apaisée ;
  • pour la promotion d’une culture démocratique intériorisée et le plein respect des droits de l’Homme.

 

A ce dernier niveau, et conformément au programme d’action de Bamako, les interventions du FFDH visent notamment à :

  • soutenir la formation de formateurs s’adressant à des catégories sociales et professionnelles dont les activités touchent directement le respect des droits de l’Homme, ainsi que l’application des principes démocratiques, en mettant l’accent sur la déontologie et les comportements qui doivent en découler ;
  • encourager les formations en droit humanitaire et de la paix, en particulier à l’intention des forces et des ONG œuvrant pour la sécurité des populations civiles, notamment les plus vulnérables, dans les cas de conflits armés ;
  • enrichir la banque de données des instruments didactiques significatifs produits dans les divers pays francophones pour promouvoir les droits de l’Homme et la démocratie, en particulier à l’intention des jeunes et des femmes, et diffuser les instruments les plus performants, notamment par le recours aux structures francophones d’information et de mobilisation communautaires, et, si possible, à l’utilisation des langues nationales.